agence méditerranéenne de développement artistique et conseil en programmation

mezwej DEPLACE

Zad Moultaka, Déplacé
pour un danseur, un guitariste et un percussionniste
60’ - 2008
ensemble Mezwej
Ziya Azazi, danse et chorégraphie
Pablo Marquez, guitare
Claudio Bettinelli, percussions
création Fondation Royaumont, 4 octobre 2008
1- Prologue 2 - Solo (danse et chorégraphie Ziya Azazi) 3 - Non (pour percussions et bande son par Claudio Bettinelli) 4 - Calvario (pour guitare et bande son par Pablo Marquez) 5 - Poème (pour danse, percussions et vidéo par Ziya Azazi et Claudio Bettinelli) 6 - Insert (pour guitare et vidéo par Pablo Marquez) 7- Boîte à musique (pour guitare et percussions par Pablo Marquez et Claudio Bettinelli) 8 - Duel (conception et interprétation Ziya Azazi et Claudio Bettinelli) 9 - Azan (pour danse et bande son par Ziya Azazi) 10 - Sans titre 2 (pour danse, guitare et percussion avec Pablo Marquez, Claudio Bettinelli, Ziya Azazi)

extrait vidéo
Ecriture, conception et direction Zad Moultaka
Commande Fondation Royaumont
un projet mezwej 2008 production art moderne marseille

photos © Catherine Peillon

O jour, lève-toi,
Les atomes dansent,
Les âmes éperdues d’extase dansent,
La voûte céleste, à cause de cet Être, danse ;
A l’oreille je te dirai où l’entraîne sa danse ;
Tous les atomes qui se trouvent dans l’air et le désert…
Rûmi


Zad Moultaka
a choisi d’explorer le corps et le mouvement, le devenir et les métamorphoses. Le thème du travail s’appelle « déplacé ». Pourtant l’ailleurs qui est visé est ici, dans les pliures de la présence. Ni itinérance, ni exil sinon intérieurs. Le déplacement est sans départ, se meut dans les espaces infinis de l’infime, sans trajet, sans destination. Hors origine, hors références. Toujours tout près, central. Le plus grand raccourci pour passer d’un monde à l’autre, d’un état à l’autre. br> Zad Moultaka a rassemblé autour de lui trois artistes singuliers. Pablo Marquez est né en Argentine, Claudio Bettineli en Italie, Ziya Azazi en Turquie. Solistes, voyageurs, ils parcourent le monde. Pour chacun des trois la création est une quête, un mode vie, une ascèse... Zad Moultaka explore ces trois personnalités pour découvrir l’espace subtile du mouvement, les transformations de la matière. La tannoura (jupe des derviches), le riche instrumentarium de percussions, la guitare humble caisse aux milles possibilités sonores… La guitare offre sa diversité de timbres, de tempérament, d’attaques, de modes de jeu, et de liaisons possibles avec des instruments archaïques. La percussion permet d’aborder la violence d’une façon crue à travers les sons, l’énergie et l’espace que peut générer un percussionniste avec son instrumentarium. La danse relie à toutes les énergies primitives du corps individuel et du corps social.

Ziya Azazi, tourne, tourbillonne sans cesse en quête de la joie et de l’extase. Ce danseur et chorégraphe d’Antioche, passé par la danse contemporaine est venu se ressourcer auprès des derviches anatoliens et a décidé de se consacrer à la pratique spirituelle des Soufis. Il a inventé un concept et des spectacles, véritables lieux de progression de l’âme et un vocabulaire chorégraphique personnel et unique. En commun Ziya Azazi et Zad Moultaka ont le souci du sens, de leurs racines et du monde qui les entoure. A la recherche de leur vérité, ils ont transgressé les tabous et la rigidité des univers qu’ils ont successivement traversés, ils ont forgé chacun un langage personnel. Leur relation s’est nouée d’emblée à un niveau très profond.
Défricheur de répertoires audacieux, aussi à l’aise dans les œuvres anciennes que dans la riche littérature du XXe siècle,
Pablo Màrquez est l’un des interprètes les plus sensibles et les plus doués de la nouvelle génération de guitaristes. Son intelligence musicale et sa technicité en font un créateur recherché par les compositeurs vivants.
Claudio Bettinelli est arrivé en France il y a 10 ans, pour terminer ses études au conservatoire de Lyon. Il s’est rapidement épanoui à travers des expériences très variées dans la musique contemporaine, le théâtre musical, ou l’improvisation. Sa démarche est caractérisée par une recherche sonore continue, dans laquelle la découverte, la réutilisation et le détournement d’objets (récupération, jouets d’enfant, bricolage) tiennent une place très importante, toujours liée à l’exploration des sensations. La rencontre avec les compositeurs représente une ligne fondamentale de son travail. Au-delà du simple partage se produit un véritable échange, qui lui permet de lire "entre" les notes. « Et c’est précisément ce qui se passe avec Zad Moultaka, qui, en complément du travail de l’écriture, propose un travail basé sur l’oralité. Un autre point fort de cette rencontre est aussi l’accent qui est mis sur l’expressivité, notamment grâce à un certain souci du visuel. J’ai été fasciné par la beauté de la danse de Ziya Azazi, et par l’affinité qu’on a pu établir dès notre première rencontre. De même la musicalité de Pablo Marquez, sa sensibilité m’ont beaucoup apporté. C’est autour de la démarche de Zad que s’articule notre travail. Ses origines culturelles sont très prégnantes, c’est par elles que nous nous exprimons, que nous expérimentons, que nous osons... »